Ayutthaya, ancienne capitale de la Thaïlande

2 heures de train, 81 kilomètres et 20 baths plus tard, me voilà à Ayutthaya avec un ami. Ancienne capitale, c’est l’idéal pour faire un break de la grande ville d’à côté.

Y aller ne signifiait pas seulement visiter une ville historique, cela signifiait aussi tester les fameux trains thaïlandais. Connu pour leur effroyable lenteur, il est de votre devoir d’en prendre un pendant votre séjour dans le pays des brochettes.

Je suis donc partie un dimanche matin vers 6h, et je peux vous assurer que nous n’avons pas été déçus. Le voyage commence donc à la gare de Hua Lamphong (accessible via le MRT bleu).

Les guichets se trouvent tout au bout, à côté du portrait du roi.

Pas besoin de parler anglais, ni chinois pour acheter les billets de train, il suffit de donner votre destination et on vous imprime un laissé-passé sur un papier glacé tout neuf.

Vous noterez que le départ du train est prévu à 6h40. On peut dire que la gare est très accueillante. Finalement, j’ai presque envie de retourner chez moi en voyant l’état du train. On finit par se trouver une petite place sur une banquette.

6h35

6h40

6h45

6h49

On ne devait pas partir à 6h40 ?

6h51

6h54

Non, nous sommes bien dans le bon train, pas de doute. Pourtant, personne n’a l’air de s’affoler du retard que nous sommes en train d’accumuler.

6h58

Des gens montent et descendent du train comme s’il n’avait jamais été prévu qu’il parte un jour. On pense à un problème mécanique, parce que , honnêtement, vu l’état de la locomotive et des wagons, je ne serais pas surprise qu’ils nous lâchent en cours de route.

7h05 : un mouvement ébranle le train, on en tombe presque de nos banquettes (qui se rapprochent plus d’un banc en état de décomposition que d’un canapé en velours). On finit par quitter la gare presque à regret, on commençait à l’apprécier.

5 petites minutes après un départ sur les chapeaux de roues, nous nous arrêtons au milieu de la voie. Nous repartons un peu plus tard (peut-être grâce à nos prières). Pour vous la faire courte, nous allons nous arrêter, aléatoirement, pendant à peu près 1h30…et malgré ça, nous ne serons pas en retard.

En plus de ces arrêts incessants, vous pouvez ajouter le bruit de la locomotive, la chaleur, et les cris des locaux qui traversent les wagons dans l’espoir de vous refiler un morceau de poisson séché du siècle dernier. La liste est bien sûr non-exhaustive. Nous finirons donc par arriver à Ayutthaya sur les coups de 9h.

J’ai honnêtement cru que l’on y arriverait jamais, même si j’ai réussi à dormir un peu. Quand j’ai vu sur le gps que l’on s’approchait d’Ayutthaya, j’en pleurais presque de bonheur.

Promis, après ça je ne me plaindrais absolument plus JAMAIS de la SNCF.

À la sortie du train, préparez-vous à vous faire sauter dessus par les Tuk-tuks et vendeurs ambulants. Carte touristique à la main, ils vont vous expliquer qu’ils connaissent les meilleurs endroits pour visiter Ayutthaya. Têtus comme des mules, nous préférons faire les choses à notre manière.

D’abord, il faut traverser la rivière : le centre historique ainsi que les principaux temples touristiques se trouvent sur l’île au milieu de la ville. La traversée coûte 5 baths.

Ensuite, vous avez le choix : louer un scooter, un vélo, prendre un tuk-tuk, un taxi ou un éléphant (je déconseille très fortement)… Nous, on décide de visiter à pied pour l’instant, mais il fait déjà très chaud (autour de 35°C à 9h30).

Mission n°1 : trouver à manger, ce qui ne devrait pas être très compliqué. On se retrouve à traverser un marché local : épices, riz, poisson séché en tout genre, vous pouvez trouver absolument de tout. C’est d’ailleurs ici que je finis par trouver un mètre mesureur pour 10 baths (25 cents).

On s’arrête finalement dans un petit restau pour manger des nouilles (meilleure manière de commencer la journée hein !).

Notre périple commence donc par le Wat Senasanaram Ratworawihan (non non, il n’y a pas de faute de frappe). Temple désert à l’exception de quelques locaux qui assistent à une cérémonie. Chedi (reliquaire, habituellement conique ou en forme de cloche, contenant parfois des reliques de Buddha) en or, Bouddha couché, c’est un lieu très paisible, sans aucune trace de touriste.

Nous continuons ensuite, toujours à pied, vers le site historique. Sur le chemin, nous croisons un temple et des musiciens dans une cérémonie Thaï.

Voici le temple que l’on a vu. Je n’ai pas son nom malheureusement. Voici un avant/après retouche. Leçon : ne jamais ce fier à se qu’on peut trouver sur internet.

Au détour d’une rue, nous sommes tombés sur une sorte de marché couvert. Après réflexion, il s’agit d’un supermarché aux prix dérisoires, on y trouve absolument de tout !

Notre prochain arrêt, c’est le Wat Philabphla Chai. Il y a 3 principales structures. L’entrée était une salle de sermon, seulement 3 murs ont survécu au temps. Les fondations de bases ont cependant étés reconstruites par le Fine Art Department. Le Chedi (dôme) a été partiellement reconstruit, un large trou demeure dans la chambre des reliques, fait par les pillards.

Le monastère était situé près des anciens centres commerciaux de la ville. Il y a peu d’informations concernant la date de construction de l’édifice. Mais des peintures à l’intérieur suggèrent qu’il a été utilisé comme une base militaire en 1424 par le Prince Ai Phraya avant un duel avec son frère.

Le Wat Rat(cha)burana est le suivant. Concernant l’orthographe des temples, il n’est pas rare d’en avoir des différentes. Ce temple est un monastère bouddhiste. Sa tour est l’une des plus belles de la ville. L’entrée de ses temples est de 50 baths, mais un pack est disponible si vous visitez 6 temples.

Le temple a été fondé en 1424 par le roi Borommarachathirat II. C’est aussi le lieu de crémation de ses deux frères aînés qui se sont battus pour la succession au trône de leur père. La tour a subi de nombreuses restaurations. La crypte est accessible par les escaliers.

Ayutthaya, c’est un décor très différent de Bangkok. Temples en ruines, parcs secs, la chaleur est bien plus étouffante aussi.

Près du parc public Rama se trouve le Wat Maha That ou le Monastère de la Grande Relique. Le temple a été enregistré en tant que monument national en 1935. Ce sont des lieux chargés d’histoire, pour en apprendre plus, je vous conseille d’aller faire un tour ici (site uniquement en anglais).

Fortement touché par l’attaque birmane de 1767, tout comme l’ensemble de la ville, le Wat Phra Mahathat (autre orthographe) a été presque entièrement détruit par les Birmans. Souhaitant écraser Ayutthaya avec acharnement, ils ont quasiment décapité toutes les statues de Bouddha qui se trouvaient sur leur chemin. 

De là, vient sans doute la curiosité la plus remarquable du Wat Phra Mahathat, le « Bouddha dans les racines ». La légende raconte que lorsque les Birmans ont décapité tous les Bouddhas, une des têtes aurait roulé jusqu’aux racines d’un arbre qui l’aurait recueillie dans ses racines. Aujourd’hui, enchevêtrée dans les racines de l’arbre, la tête de Bouddha est sacrée, elle est vénérée par les Bouddhistes et des moines veillent toujours à ce que l’on respecte les consignes lorsque l’on désire se prendre en photo à côté de la tête.

En effet, il ne faut pas être plus haut que la tête de Bouddha, il vaut mieux être assis sur vos genoux en signe de respect.

Pour le repas du midi…c’est nouilles ! On arrive dans un petit restaurant, Pa Lek Boat Noodle, qui ne fait QUE des nouilles. Poulet, porc ou bœuf et vous voilà avec un petit bol fumant. Les gens commandent en général 3 ou 4 bols pour bien manger.

L’après-midi sera un peu plus calme, le temps de se reposer un peu dans un parc. On aura aussi l’occasion de voir cet animal (type de crocodile) dont j’ai oublié le nom.

La journée se termine avec la visite du Wat Phra Mongkhon Bophit. C’est un temple actif qui est connu pour son Bouddha de presque 17 mètres de haut !

Le retour a Bangkok se fait en minibus (j’ai déjà donné pour le train, merci).

Bilan : journée très chaude, mais très intéressante. On peut découvrir des ruines ou des temples à n’importe quel coin de rue. Ayutthaya ce n’est pas forcément beau si ce n’est pour les monastères. Cependant, une fois que l’on a vu les principales ruines, elles se ressemblent toutes.

Article assez conséquent, mais ça a été tellement intéressant de trouver tous les noms des différents temples !


2 hours by train, 81 kilometers and 20 baths later, here I am in Ayutthaya with a friend. Former capital of Thailand, it is ideal to take a break from the big city next door.

You are not only going to visit a historical city, it is also to test the famous Thai trains. Known for your appalling slowness, it is your duty to take one when you stay in the land of skewers.

So I left on a Sunday morning around 6am, and I can assure you that we have never been disappointed. The journey begins at Hua Lamphong Station (accessed via the blue MRT).

No need to speak English or Chinese to buy train tickets, just give your destination and they will print you a pass on brand new glossy paper.
You will note that the departure of the train is scheduled at 6:40. And we can say that the station is very welcoming. Finally, I almost want to go home. We ended up finding a small place on a bench.

6:35am
6:40
6:45
6:49
We should not leave at 6:40am?
6:51
6:54
No, we are on the right train, no doubt. Yet, nobody seems to be panicking about the delay we are accumulating.
6:58

People get on and off the train as if it was never planned to leave one day. We’re thinking of a mechanical problem, because, honestly, seeing the locomotive and the cars, I would not be surprised if they get lost along the way.

7:05 A movement rattled the train, we almost fall of our seats (which are closer to a decaying bench than a velvet sofa). Finally leaving the station almost regretfully, we began to appreciate.

5 minutes after a start at full speed, we stop in the middle of the track…for a while. To make a short film, we will stop, randomly, for about 1h30 … and despite everything…we will not be late!

In addition to these incessant stops, you can add the noise of the locomotive, the heat, and the locals that cross the cars in the hope of selling you some fish of the past decade. The list is, of course, not exhaustive. We finally arrive in Ayutthaya at 9 o’clock.

I honestly thought that we will never make it, even if I managed to sleep a little. When I saw on the gps that we were approaching Ayutthaya, I almost cried of happiness.

Promised, after that, I complained absolutely NEVER about the SNCF (France’s national state-owned railway company).

At the exit of the train, go to jump over tuk-tuks and street vendors. Tourist map in hand, they will explain that they know the best places to visit Ayutthaya. Stubborn like mules, we prefer to do things our way.

First, you have to cross the river: the historic center, the tourist temples are on the island in the middle of the city. The crossing cost 5 baths.

Then you have the choice: rent a scooter, a bike, take a tuk-tuk, a taxi or an elephant … We decided to visit on foot for now, but it was already very hot (around 35 degrees at 9:30am).

Mission #1: find something to eat, which should not be very complicated. We find ourselves through a local market: spices, rice, dried fish of all kinds, you can find absolutely everything. This is where I ended up finding a measuring meter for 10 baths (25 cents). We finally stop in a small restaurant to eat noodles.

Our journey begins with Wat Senasanaram Ratworawihan (there is many different typo). Deserted temple, some locals attending a ceremony. Chedi (reliquary), reclining Buddha, it is a very peaceful place, without trace of tourists.

We continue then, always on foot, towards the historical site. On the way, we meet a temple and musicians in a Thai ceremony.

Here is the temple that we saw. I do not have his name unfortunately. Here is a before / after retouching. Lesson: never trust what you can find on the internet.

At the corner of a street, we came across a kind of covered market. After reflection, it is a supermarket at ridiculous prices, there is absolutely everything!

Our next stop is Wat Philabphla Chai. There are 3 main structures. The entrance was a sermon hall, only 3 walls survived time. The foundation were rebuilt by the Department of Fine Arts. The Chedi (dome) was partially rebuilt, but a big hole remain in the room of relics, made by looters.

The monastery was located near the old malls of the city. There is almost no information regarding the date of construction of the building. But paintings on the inside suggest that it was used as a military base in 1424 by Prince Ai Phraya before a duel with his brother.

The Wat Rat (cha) burana is the following. Regarding the spelling of temples, it is not uncommon to have different ones. This temple is a Buddhist monastery. Its tower is one of the most beautiful in the city. The entrance to its temples is 50 baht, but a pack is available if you visit 6 temples.

The temple was founded in 1424 by King Borommarachathirat II. It is also the place of cremation of his two elder brothers who fought for the succession to the throne of their father. The tower has undergone numerous restorations. But the crypt is still accessible by stairs.

Ayutthaya is a very different scene in Bangkok. Temples in ruins, dry grounds, and the sun is more spicy too.

Near Rama Public Park is Wat Maha That or the Great Relic Monastery. The temple was registered as a national monument in 1935. These are places steeped in history, to learn more, I advise you to go for a ride here.

Strongly affected by the Burmese attack of 1767, as the whole city, Wat Phra Mahathat (other spelling) was almost completely destroyed by the Burmese. Wishing to crush Ayutthaya fiercely, they almost decapitated all the Buddha statues that were on their way.

From here, no doubt comes the most remarkable curiosity of Wat Phra Mahathat, the “Buddha in the Roots”. The legend is that when the Burmese beheaded all Buddhas, one of the heads would have rolled to the roots of a tree that would have collected it in its roots. Today, entangled in the roots of the tree, the head of Buddha is sacred, it is worshiped by Buddhists and monks always ensure that we respect the instructions when we want to take a picture at side of the head.

Indeed, one should not be higher than the head of Buddha, it is better to sit on your knees in a sign of respect.

For the lunch … it’s noodles! We arrive at a small restaurant, Pa Lek Boat Noodle, which only makes noodles. Chicken, pork or beef and here you are with a small steaming bowl. People usually order 3 or 4 bowls to eat well.

The afternoon will be a little quieter, time to rest a little in a park. We will also have the opportunity to see this animal (type of crocodile) which I have forgotten the name.

The day ends with the visit of Wat Phra Mongkhon Bophit. It is an active temple that is known for its Buddha almost 17 meters high!

The return to Bangkok is by minibus (I already gave for the train, thank you).

Appraisal: very hot day, but very interesting. Ruins or temples can be found at any street corner. Ayutthaya is not necessarily beautiful except for the monasteries. However, once we have seen the main ruins, they are all alike.

Article quite consistent but it was so interesting to find all the names of the different temples.

Thank you for reading!

Laisser un commentaire